IFC – Industry Foundation Classes

IFC – Industry Foundation Classes

IFC ou Industry Foundation Classes, est un format de fichier non propriétaire, ouvert, orienté objet avec un modèle de données élaboré par l’Alliance Internationale pour l’Interopérabilité (IAI) afin de faciliter l’interopérabilité pour les fournisseurs et les acteurs de l’immobilier. 

Il fait parti de ces formats dit ouverts, comme le XML, gbXML, TXT…

Remarques :

Les échanges en IFC ne sont pas matures,

> Inflation progressive de la taille des fichiers [x 2]

> Données non transmises ou mal attribuées de façon aléatoire 15 à 20 %

> Perte totale de la documentation de détail 2D

Inexistence à ce jour de projet BIM en échange IFC en France et à l’International. Ce format peut par contre servir pour récupérer ponctuellement des fichiers chez un Maître d’oeuvre ne disposant pas d’outil compatible ou dans les livrables au Maître d’ouvrage.

 

AUTRES SOURCES :

WIKIPEDIA ENG /
« The Industry Foundation Classes (IFC) data model is intended to describe building and construction industry data. It is a neutral and open specification that is not controlled by a single vendor or group of vendors.
It is an object-based file format with a data model developed by buildingSMART (International Alliance for Interoperability, IAI) to facilitate interoperability in the architecture, engineering and construction (AEC) industry, and is a commonly used format for Building Information Modeling (BIM). The IFC model specification is open and available. It is registered by ISO as ISO/PAS 16739 and is currently in the process of becoming the official International Standard ISO 16739. »

WIKIPEDIA FR /
« Le format IFC (Industry Foundation Classes) est un format de fichier orienté objet utilisé par l’industrie du bâtiment pour échanger et partager des informations entre logiciels. IFC est le format usé communément par le BIM

Dans l’acceptation du BIM, le format IFC, standard ouvert compréhensible de tous les acteurs de la construction, organise les objets de l’industrie de la construction, les familles, autour d’un modèle informatique 3D, le BIM . Ces objets supportent le cycle de vie complet d’un bâtiment incluant les débuts-la conception, la documentation et la construction, l’exploitation des bâtiments, la gestion des installations (facility management) et, enfin, la démolition et l’élimination.

Exploitation des IFC en France :
En France peu d’acteurs BTP connaissent les IFC. Les échanges informatisés restent basés sur le format DXF/DWG et les informations non géométriques restent des documents n’utilisant pas une structuration standardisée. Plus globalement, les liasses de plan restent la référence pour décrire entièrement un modèle de bâtiment. Certes les échanges informatisés font partie du quotidien des ingénieurs et des architectes, mais ils n’aboutissent pas encore à la création d’une maquette numérique de construction commune. Cette dernière n’assure pas encore assez de flexibilité et de responsabilisation juridique par rapport à l’armoire à plan classique.
Fort heureusement, de nombreuses initiatives tendent à promouvoir et améliorer l’accessibilité des IFC. Le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) propose des plates-formes logicielles ainsi qu’un environnement virtuel complet pour faire bénéficier le secteur de la construction des nouvelles technologies de l’information.

Dans le domaine du Facility Management, c’est-à-dire la gestion de l’immeuble une fois sa construction achevée, les IFC rencontrent un succès grandissant auprès des grands comptes. Ceci est du, en particulier, aux initiatives de sociétés comme VIZELIA, ACTIVe3D ou ISIOM qui proposent des plateformes pour la gestion de l’immeuble s’appuyant en natif sur le standard des IFC, et des administrations, comme le Conseil Régional de Bourgogne, qui participent à des projets pour promouvoir les IFC (projet eXpert par exemple). »

BUILDINGSMART + MEDIACONSTRUCT /

« IFC signifie « Industry Foundation Classes » ou « Information For Construction », plus explicite.
C’est la norme internationale du BIM (ISO/PAS 16739). »

IAI – Alliance Internationale pour l’Interopérabilité /

« L’Alliance internationale pour l’interopérabilité est un organisme sans but lucratif qui appuie le développement de la norme IFC (Industry Foundation Classes) dans l’objectif de définir un langage commun pour améliorer l’interopérabilité des applications utilisées par les professionnels de la construction et le déploiement de BuildingSMART. »

BATIPORTAIL http://www.batiportail.com/bim/def_ifc.asp

« Les IFC (Industry Foundation Classes) sont des informations qui permettent de décrire les objets dont on a besoin pour concevoir un bâtiment tout au long de son cycle de vie (conception, construction, exploitation) et selon différents points de vue (architecture, structure, thermique, estimatif…). Pour chaque élément du bâtiment, les IFC donnent ainsi des indications sur la forme, les caractéristiques, les relations avec les autres objets …
Tous les logiciels de CAO spécialisés en architecture permettent de produire une maquette numérique et de l’enregistrer au format natif (et donc propriétaire). Heureusement, ils savent aussi exporter le contenu de la maquette en IFC.

Un format international :
Les IFC sont inclus dans un fichier dont le format est défini par une norme internationale STEP (ISO 10303-21), ce qui lui garantit stabilité, universalité et indépendance. Grâce aux IFC, toutes les applications de construction (logiciels de CAO architecte et ingénieur, logiciels de calculs de structure, de simulation thermique et acoustique, etc.) peuvent communiquer entre elles et exploiter une seule et même base de données de l’ouvrage en cours d’étude, de construction puis d’exploitation.

La mise en œuvre des IFC :
La mise en œuvre des IFC se fait dans le cadre d’un référentiel unique et partagé entre tous les acteurs : la maquette numérique (BIM).

Cette modélisation de l’ouvrage offre :

- une centralisation et harmonisation des données ;
- un enrichissement de sa description géométrique et sémantique ;
- l’assurance d’une gestion rationnelle et cohérente de l’ensemble des informations de l’ouvrage bâti, de ses composants, de ses caractéristiques techniques et économiques, ainsi que la possibilité de calculs techniques élaborés. » 

NBIMS – National Building Information Model Standards – Committee /

« Une spécification neutre et ouverte qui n’est pas contrôlée par un vendeur ou un groupe de vendeurs. C’est un format de fichier orienté objet avec un modèle de données élaboré par l’Alliance internationale pour l’interopérabilité (IAI) afin de faciliter l’interopérabilité dans l’industrie de la construction. L’IFC est un format utilisé couramment dans la modélisation des données du bâtiment. Le modèle IFC est ouvert et accessible. »